NON A LA SUPPRESSION DES SEUILS DE DÉDOUBLEMENT DANS L’ENSEIGNEMENT AGRICOLE !

Logos CGT, FCPE, FO, Snetap-FSU, Sud,UNLA Monsieur le Ministre de l’Agriculture,

La DGER (Direction Générale de l’Enseignement et de la Recherche), qui considère que « les seuils de dédoublement constituent une cause majeure de la baisse de effectifs dans l’enseignement agricole public », a organisé, le 9 janvier dernier, un groupe de travail sur la question de ces seuils de dédoublement dans les lycées agricoles publics.

La DGER a ainsi proposé « 3 pistes de travail » qui visent à modifier les seuils de dédoublement des classes, soit en les supprimant purement et simplement, soit en les rehaussant (ex. de 16 à 19, de 24 à 27 etc…). Autre option, les dédoublements (cours en demi-groupe) ne seraient plus automatiques et prévus nationalement dans les disciplines techniques, scientifiques comme dans de nombreuses autres matières (dont la mise en œuvre des programmes le nécessite pourtant), mais décidés localement, en regard d’une « enveloppe horaire » susceptible d’être abondée à cet effet régionalement.

Pour Nous, signataires, aucune de ces propositions n’est acceptable et nous nous opposons fortement à ce projet de régression sans précédent tant sur les conditions d’études des élèves et étudiant·es qui font le choix de l’Enseignement Agricole Public que du travail des personnels enseignants à qui ils sont confiés.

Pour Nous, signataires, la suppression des seuils de dédoublement dans les grilles horaires reviendrait à nier qu’ils ont été institués dans un objectif pédagogique (demi-groupe en cours de langues par exemple) ou encore pour des raisons de sécurité (encadrement des TP / TD par exemple). Nous exigeons le maintien d’une référence nationale, par référentiel, de seuils de dédoublement sur la base de considérations pédagogiques et non budgétaires.

Pour Nous, signataires, la suppression des seuils de dédoublement dans des grilles horaires reviendrait à amplifier les tensions et dysfonctionnements déjà rencontrés dans nos établissements au moment de la répartition des heures de groupe à effectif réduit (concurrence entre disciplines, entre collègues, utilisation de ces heures pour d’autres objets ou encore pour ajuster des fiches de service…) et à fragiliser plus encore les postes enseignants, gages de la qualité de l’enseignement dispensé et de la réussite des jeunes.

Pour Nous, signataires, il est évident que ce ne sont pas les seuils de dédoublement qui sont un frein au recrutement et qui amènent certains établissements à refuser des élèves… c’est l’insuffisance des moyens budgétaires de l’Enseignement Agricole Public (seuils de recrutement imposés, avec effet couperet), que le budget 2019 va encore aggraver et, si l’on en doutait encore, cette démarche comptable de la DGER, totalement anti-pédagogique, est là pour le démontrer de façon criante.

Monsieur le Ministre, Nous ne doutons pas de votre sincère attachement à l’Enseignement Agricole Public et à la qualité de l’enseignement dispensé dans ses lycées dont vous avez la charge. Par suite, nous vous demandons de renoncer à avancer plus avant, avec vos services, dans une telle direction et de garantir le maintien de seuils de dédoublement. Pour Nous, signataires, il conviendrait d’abaisser ces seuils pour améliorer encore les conditions d’études des élèves et étudiant·es de l’EAP et en aucun cas de les supprimer, pas plus que de les relever ou encore de les déréguler.

NON A LA SUPPRESSION DES SEUILS DE DEDOUBLEMENT DANS L’ENSEIGNEMENT AGRICOLE !

A Monsieur le Ministre de l'Agriculture,

La DGER (Direction Générale de l’Enseignement et de la Recherche), qui considère que « les seuils de dédoublement constituent une cause majeure de la baisse de effectifs dans l’enseignement agricole public », a organisé, le 9 janvier dernier, un groupe de travail sur la question de ces seuils de dédoublement dans les lycées agricoles publics.

La DGER a ainsi proposé « 3 pistes de travail » qui visent à modifier les seuils de dédoublement des classes, soit en les supprimant purement et simplement, soit en les rehaussant (ex. de 16 à 19, de 24 à 27 etc...). Autre option, les dédoublements (cours en demi-groupe) ne seraient plus automatiques et prévus nationalement dans les disciplines techniques, scientifiques comme dans de nombreuses autres matières (dont la mise en œuvre des programmes le nécessite pourtant), mais décidés localement, en regard d'une « enveloppe horaire » susceptible d'être abondée à cet effet régionalement.

Pour Nous, signataires, aucune de ces propositions n’est acceptable et nous nous opposons fortement à ce projet de régression sans précédent tant sur les conditions d’études des élèves et étudiants qui font le choix de l'Enseignement Agricole Public que du travail des personnels enseignants à qui ils sont confiés.

Pour Nous, signataires,, la suppression des seuils de dédoublement dans les grilles horaires reviendrait à nier qu’ils ont été institués dans un objectif pédagogique (demi-groupe en cours de langues par exemple) ou encore pour des raisons de sécurité (encadrement des TP / TD par exemple). Nous exigeons le maintien d’une référence nationale, par référentiel, de seuils de dédoublement sur la base de considérations pédagogiques et non budgétaires.

Pour Nous, signataires, la suppression des seuils de dédoublement dans des grilles horaires reviendrait à amplifier les tensions et dysfonctionnements déjà rencontrés dans nos établissements au moment de la répartition des heures de groupe à effectif réduit (concurrence entre disciplines, entre collègues, utilisation de ces heures pour d’autres objets ou encore pour ajuster des fiches de service...) et à fragiliser plus encore les postes enseignants, gages de la qualité de l'enseignement dispensé et de la réussite des jeunes.

Pour Nous, signataires, il est évident que ce ne sont pas les seuils de dédoublement qui sont un frein au recrutement et qui amènent certains établissements à refuser des élèves... c’est l’insuffisance des moyens budgétaires de l’Enseignement Agricole Public (seuils de recrutement imposés, avec effet couperet), que le budget 2019 va encore aggraver et, si l'on en doutait encore, cette démarche comptable de la DGER, totalement anti-pédagogique, est là pour le démontrer de façon criante.

Monsieur le Ministre, Nous ne doutons pas de votre sincère attachement à l'Enseignement Agricole Public et à la qualité de l'enseignement dispensé dans ses lycées dont vous avez la charge. Par suite, nous vous demandons de renoncer à avancer plus avant, avec vos services, dans une telle direction et de garantir le maintien de seuils de dédoublement. Pour Nous, signataires, il conviendrait d'abaisser ces seuils pour améliorer encore les conditions d'études des élèves et étudiants de l'EAP et en aucun cas de les supprimer, pas plus que de les relever ou encore de les déréguler.

**votre signature**

2,585 signatures

Partagez la pétition sur vos réseaux :

   

Dernières Signatures
2,585 philippe boyer PARIS Avr 19, 2019
2,584 Alain Guiraud Trets Avr 19, 2019
2,583 Aurelie hassenboehler aurillac Avr 18, 2019
2,582 David Hanni Villesavoye Avr 17, 2019
2,581 Hélène MOUTON-BRADY CHALABRE Avr 17, 2019
2,580 Virginie Granger Blossier Piacé Avr 17, 2019
2,579 Sergio Salvador Ruiz Bonchamp Avr 17, 2019
2,578 Aurélie KEUSSEYAN MAS DE LONDRES Avr 16, 2019
2,577 ABDESSELAM AKKAR paris Avr 15, 2019
2,576 Ornella Dejust Saint Laurent sur Sèvre Avr 14, 2019
2,575 Christèle LEGO SOUGE LE GANELON Avr 13, 2019
2,574 Andree LENOUVEL Nantes Avr 13, 2019
2,573 Rémi Jousset LA ROCHE SUR FORON Avr 13, 2019
2,572 Séverine Lascombe Villeneuve-du-Latou Avr 13, 2019
2,571 Dorian Latrasse 71960 Avr 13, 2019
2,570 Anne LENOUVEL MAYET Avr 13, 2019
2,569 Phil ESC 85000 Avr 13, 2019
2,568 Anne Valade Civray Avr 13, 2019
2,567 Catherine Ollier La chapelle d'aurec Avr 12, 2019
2,566 lysiane quintard ars Avr 11, 2019
2,565 Valérie Brun Quimper Avr 11, 2019
2,564 SYLVIE GESLAND Le Mans Avr 10, 2019
2,563 Fabienne Roussel Toulouse Avr 10, 2019
2,562 asensio magali montolieu Avr 10, 2019
2,561 lynda lounis saint-chély d'apcher Avr 09, 2019
2,560 Sabine Saly Souppes sur loing Avr 07, 2019
2,559 valerie medan saint sulpice sur leze Avr 06, 2019
2,558 Florian Olive-avril Saint-Laurent Avr 06, 2019
2,557 Laurent OPSOMER Saint-Amand-les-Eaux Avr 05, 2019
2,556 Pierre Mathiaud Teillet Argenty Avr 04, 2019
2,555 Eveline Lejeune Mathiaud Teillet argenty Avr 04, 2019
2,554 PETON DENIS (Indiquez au préalable le code postal) Avr 04, 2019
2,553 Marion C Neuvic Avr 03, 2019
2,552 JANODET JACQUES MONISTROL SUR LOIRE Avr 03, 2019
2,551 Bertrand LEBLOND pouembout Avr 02, 2019
2,550 Laure Moallic 19200 Avr 02, 2019
2,549 G AMIOT PLERIN Avr 02, 2019
2,548 Sulyvan Druart Signy-le-petit Avr 02, 2019
2,547 Gallianne Coudert Ussel Avr 02, 2019
2,546 Lucie Jasse PONTAUMUR Avr 02, 2019
2,545 Stephane Prudet SADIRAC Avr 02, 2019
2,544 Nathalie GOODENOUGH Luçon Avr 02, 2019
2,543 Céline Robert PONTAUMUR Avr 02, 2019
2,542 olivier coutard luçon Avr 02, 2019
2,541 Anaëlle Cluniat Saint Denis des murs Avr 02, 2019
2,540 Anne Couvez Bordeaux Avr 02, 2019
2,539 philippe chavanne bourg les valence Avr 02, 2019
2,538 Jérôme GOUIN FRAICHET Sainte Gemme La Plaine Avr 02, 2019
2,537 alain hascoet sainte gemme la plaine Avr 02, 2019
2,536 Eve Aldridge Neuvic Avr 02, 2019
Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer