NON A LA SUPPRESSION DES SEUILS DE DÉDOUBLEMENT DANS L’ENSEIGNEMENT AGRICOLE !

Logos CGT, FCPE, FO, Snetap-FSU, Sud,UNLA Monsieur le Ministre de l’Agriculture,

La DGER (Direction Générale de l’Enseignement et de la Recherche), qui considère que « les seuils de dédoublement constituent une cause majeure de la baisse de effectifs dans l’enseignement agricole public », a organisé, le 9 janvier dernier, un groupe de travail sur la question de ces seuils de dédoublement dans les lycées agricoles publics.

La DGER a ainsi proposé « 3 pistes de travail » qui visent à modifier les seuils de dédoublement des classes, soit en les supprimant purement et simplement, soit en les rehaussant (ex. de 16 à 19, de 24 à 27 etc…). Autre option, les dédoublements (cours en demi-groupe) ne seraient plus automatiques et prévus nationalement dans les disciplines techniques, scientifiques comme dans de nombreuses autres matières (dont la mise en œuvre des programmes le nécessite pourtant), mais décidés localement, en regard d’une « enveloppe horaire » susceptible d’être abondée à cet effet régionalement.

Pour Nous, signataires, aucune de ces propositions n’est acceptable et nous nous opposons fortement à ce projet de régression sans précédent tant sur les conditions d’études des élèves et étudiant·es qui font le choix de l’Enseignement Agricole Public que du travail des personnels enseignants à qui ils sont confiés.

Pour Nous, signataires, la suppression des seuils de dédoublement dans les grilles horaires reviendrait à nier qu’ils ont été institués dans un objectif pédagogique (demi-groupe en cours de langues par exemple) ou encore pour des raisons de sécurité (encadrement des TP / TD par exemple). Nous exigeons le maintien d’une référence nationale, par référentiel, de seuils de dédoublement sur la base de considérations pédagogiques et non budgétaires.

Pour Nous, signataires, la suppression des seuils de dédoublement dans des grilles horaires reviendrait à amplifier les tensions et dysfonctionnements déjà rencontrés dans nos établissements au moment de la répartition des heures de groupe à effectif réduit (concurrence entre disciplines, entre collègues, utilisation de ces heures pour d’autres objets ou encore pour ajuster des fiches de service…) et à fragiliser plus encore les postes enseignants, gages de la qualité de l’enseignement dispensé et de la réussite des jeunes.

Pour Nous, signataires, il est évident que ce ne sont pas les seuils de dédoublement qui sont un frein au recrutement et qui amènent certains établissements à refuser des élèves… c’est l’insuffisance des moyens budgétaires de l’Enseignement Agricole Public (seuils de recrutement imposés, avec effet couperet), que le budget 2019 va encore aggraver et, si l’on en doutait encore, cette démarche comptable de la DGER, totalement anti-pédagogique, est là pour le démontrer de façon criante.

Monsieur le Ministre, Nous ne doutons pas de votre sincère attachement à l’Enseignement Agricole Public et à la qualité de l’enseignement dispensé dans ses lycées dont vous avez la charge. Par suite, nous vous demandons de renoncer à avancer plus avant, avec vos services, dans une telle direction et de garantir le maintien de seuils de dédoublement. Pour Nous, signataires, il conviendrait d’abaisser ces seuils pour améliorer encore les conditions d’études des élèves et étudiant·es de l’EAP et en aucun cas de les supprimer, pas plus que de les relever ou encore de les déréguler.

NON A LA SUPPRESSION DES SEUILS DE DEDOUBLEMENT DANS L’ENSEIGNEMENT AGRICOLE !

A Monsieur le Ministre de l'Agriculture,

La DGER (Direction Générale de l’Enseignement et de la Recherche), qui considère que « les seuils de dédoublement constituent une cause majeure de la baisse de effectifs dans l’enseignement agricole public », a organisé, le 9 janvier dernier, un groupe de travail sur la question de ces seuils de dédoublement dans les lycées agricoles publics.

La DGER a ainsi proposé « 3 pistes de travail » qui visent à modifier les seuils de dédoublement des classes, soit en les supprimant purement et simplement, soit en les rehaussant (ex. de 16 à 19, de 24 à 27 etc...). Autre option, les dédoublements (cours en demi-groupe) ne seraient plus automatiques et prévus nationalement dans les disciplines techniques, scientifiques comme dans de nombreuses autres matières (dont la mise en œuvre des programmes le nécessite pourtant), mais décidés localement, en regard d'une « enveloppe horaire » susceptible d'être abondée à cet effet régionalement.

Pour Nous, signataires, aucune de ces propositions n’est acceptable et nous nous opposons fortement à ce projet de régression sans précédent tant sur les conditions d’études des élèves et étudiants qui font le choix de l'Enseignement Agricole Public que du travail des personnels enseignants à qui ils sont confiés.

Pour Nous, signataires,, la suppression des seuils de dédoublement dans les grilles horaires reviendrait à nier qu’ils ont été institués dans un objectif pédagogique (demi-groupe en cours de langues par exemple) ou encore pour des raisons de sécurité (encadrement des TP / TD par exemple). Nous exigeons le maintien d’une référence nationale, par référentiel, de seuils de dédoublement sur la base de considérations pédagogiques et non budgétaires.

Pour Nous, signataires, la suppression des seuils de dédoublement dans des grilles horaires reviendrait à amplifier les tensions et dysfonctionnements déjà rencontrés dans nos établissements au moment de la répartition des heures de groupe à effectif réduit (concurrence entre disciplines, entre collègues, utilisation de ces heures pour d’autres objets ou encore pour ajuster des fiches de service...) et à fragiliser plus encore les postes enseignants, gages de la qualité de l'enseignement dispensé et de la réussite des jeunes.

Pour Nous, signataires, il est évident que ce ne sont pas les seuils de dédoublement qui sont un frein au recrutement et qui amènent certains établissements à refuser des élèves... c’est l’insuffisance des moyens budgétaires de l’Enseignement Agricole Public (seuils de recrutement imposés, avec effet couperet), que le budget 2019 va encore aggraver et, si l'on en doutait encore, cette démarche comptable de la DGER, totalement anti-pédagogique, est là pour le démontrer de façon criante.

Monsieur le Ministre, Nous ne doutons pas de votre sincère attachement à l'Enseignement Agricole Public et à la qualité de l'enseignement dispensé dans ses lycées dont vous avez la charge. Par suite, nous vous demandons de renoncer à avancer plus avant, avec vos services, dans une telle direction et de garantir le maintien de seuils de dédoublement. Pour Nous, signataires, il conviendrait d'abaisser ces seuils pour améliorer encore les conditions d'études des élèves et étudiants de l'EAP et en aucun cas de les supprimer, pas plus que de les relever ou encore de les déréguler.

**votre signature**

2,702 signatures

Partagez la pétition sur vos réseaux :

   

Dernières Signatures
2,702 FRANCOIS BUCHER Hendaye Juin 15, 2019
2,701 Marie Chenu Ancenis Juin 15, 2019
2,700 Nadège Godin Ancenis Juin 15, 2019
2,699 Cecile Thabourey Sauvigney les gray Juin 14, 2019
2,698 Ludovic LINARD Gignac Juin 14, 2019
2,697 Anne Chanoine Ancenis Juin 14, 2019
2,696 lionel starck pontivy Juin 14, 2019
2,695 joel marza gignac Juin 14, 2019
2,694 Patrick RECLUS Villenave d'Ornon Juin 14, 2019
2,693 patrick poloni pontivy Juin 13, 2019
2,692 Anne Butat 44810 Juin 13, 2019
2,691 nathalie GARCIA villenave d'ornon Juin 13, 2019
2,690 Bernadette Duport Bordeaux Juin 13, 2019
2,689 Laurent THOMANN Quessoy Juin 13, 2019
2,688 Simon DEVANNE Chemillé-En-Anjou Juin 13, 2019
2,687 LAURE LHEUREUX BESANCON Juin 12, 2019
2,686 Valéie FERNANDEZ MENDIONDE Juin 12, 2019
2,685 stephane Prudet SADIRAC Juin 12, 2019
2,684 Elisabeth MAUDET MAULEON Juin 12, 2019
2,683 Marie Fangeaux Ancenis Juin 12, 2019
2,682 Mouriee Sébastien Annonay Juin 12, 2019
2,681 Damien Savelli Gignac Juin 12, 2019
2,680 Salazar Gabriel St Martin en Bresse Juin 12, 2019
2,679 Claire Gondras Limonest Juin 12, 2019
2,678 Sébastien Jonard Cambrai Juin 12, 2019
2,677 Sandra Peron Maule 78580 Juin 12, 2019
2,676 Laura Bracq Retournac Juin 12, 2019
2,675 Jean-marc GUILLOU Montauban de Bretagne Juin 12, 2019
2,674 edwige cabrelli montoire/loir Juin 12, 2019
2,673 Sabine Vin Segonzac Juin 12, 2019
2,672 Cécile Alcourt Reims Juin 12, 2019
2,671 Caroline Guerin Villeneuve sur lot Juin 12, 2019
2,670 Jerome Mundubeltz Saint-Palais Juin 12, 2019
2,669 Christian BOONE FRIERES-FAILLOUEL Juin 12, 2019
2,668 MARIE FRANCE ROUXEL REDON Juin 12, 2019
2,667 Frédérique POURRON Besançon Juin 12, 2019
2,666 Nathalie LINGLOIS Besançon Juin 12, 2019
2,665 Isabelle Prudet Villenave d'Ornon Juin 12, 2019
2,664 Géraldine Bertrand Les Ponts de Cé Juin 12, 2019
2,663 Vincent Guérin Magnanville Juin 12, 2019
2,662 joel amaxopoulos vert Juin 12, 2019
2,661 anne-Claire gaillet asnières Juin 10, 2019
2,660 betty Colombies Saint-Christophe-Vallon Juin 10, 2019
2,659 Mathieu Nicolas Auxerre Juin 10, 2019
2,658 Marc COME BORGO Juin 09, 2019
2,657 Roth-Tardivel sophie Rennes Juin 08, 2019
2,656 Milène BULDRINI LAXOU Juin 08, 2019
2,655 Sabine Saly Souppes sur loing Juin 08, 2019
2,654 Estelle CLAVERIE ELNE Juin 07, 2019
2,653 Boris HENRY Marseille Juin 05, 2019
Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer